La pédagogie Montessori

La pédagogie Montessori n'est ni une philosophie, ni un endoctrinement sectaire, ni une nouvelle idée d'éducation à la mode. C'est une pédagogie très sérieuse, bientôt centenaire, une pédagogie qualifiée d'alternative, alors que c'est un système d'éducation traditionnelle dans de nombreux pays, (nordiques notamment).

Montessori est une pédagogie pour tous.

Maria Montessori .

La phrase de Maria Montessori "apprends-moi à faire seul" résume bien le fondement de sa pédagogie.

Maria Montessori a été une grande dame de son époque : une des premières femmes médecin en Italie en 1896, elle est diplômée en biologie, psychologie et philosophie et est aussi psychiatre. C'est donc un véritable chercheur, une scientifique, nullement une enseignante. Et c'est sans doute ce qui va l'aider, car il faut commencer par désapprendre avant d'apprendre avec un oeil nouveau ! Tout a commencé lorsqu'elle a observé que les enfants déficients dont elle s'occupait, étaient capables d'une grande autonomie, d'une autodiscipline et d'efforts de concentration, pour peu qu'ils évoluent dans un environnement et avec des matériels adaptés.

Sa révolution peut paraître assez simple de prime abord, cela peut sembler logique, mais ne l'est pourtant pas toujours encore aujourd'hui, il vous suffit de regarder autour de vous. Ses méthodes ont donc permis à des enfants pourtant déficients au départ de mieux s'éveiller et se développer que des enfants dit "normaux", se disant donc qu’il y a un souci dans l’enseignement délivré aux enfants dits normaux !

La pédagogie Montessori est donc un ensemble de grands principes qui paraissent simples et évidents, mais qui nous demandent à nous adultes, de remettre en question nombre de choses qui nous ont été inculquées, un effort de réapprendre, de cesser notre interventionnisme excessif (même si nous voulons bien faire et aider l'enfant), car nous devons lui faire confiance dans son long apprentissage, le laisser s'épanouir et découvrir à son rythme comme il le ressent : "L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir.""

Toutefois il ne faudrait pas croire que la pédagogie Montessori rime avec anarchie et que l'enfant est livré à lui-même ! le rôle de l'éducateur est primordial pour bien accompagner le développement de l'enfant, l'aider à devenir le plus autonome possible, lui donner confiance en lui et se construire, et être à son écoute par son observation experte. Oui dans la pédagogie Montessori c'est l'éducateur qui écoute et observe ! Afin de mieux guider, inciter, jamais ordonner car "Éduquer n'est pas dresser".

Les grands principes de la pédagogie Montessori.

  • Les périodes sensibles et le rythme.

Selon Maria Montessori, l'enfant passe par diverses périodes sensibles, phases de développement que tout enfant traverse dans ses premières années, et ne retrouvera donc plus par la suite.Il convient donc de respecter au mieux ces périodes sensibles chez l'enfant qui sera non seulement demandeur de telle ou telle chose de lui-même, mais sera également beaucoup plus réceptif et les intégrera bien plus profondément dans son esprit. C'est tout le rôle de l'éducateur (mais aussi des parents), d'observer ces différentes périodes mais aussi de les respecter.  Tout le monde n'apprend pas la même chose en même temps. Certains enfants marchent plus vite, d'autres parlent plus vite... comment vouloir faire marcher tout le monde à 1 an ? Tous les enfants doivent-ils être propres à 2 ans et   avant de rentrer en maternelle ? Tous les enfants doivent-ils  parler à 2 ans ?  Non, ils n'ont pas le même rythme naturellement  (et pourtant ils finiront tous pour la grande majorité par être propre, parler et marcher).

Les enfants ont des rythmes différents sans pour autant être qualifiés de "rapide" ou de "lent", tout comme nous adultes avons des rythmes différents dans nos vies comme dans une simple journée. il s'agit de les respecter sans jugement particulier.

  • La liberté et l'autodiscipline.

La pédagogie Montessori ne signifie pas laisser les enfants créer l'anarchie au sein d'une classe comme ils l'entendent. D'ailleurs on qualifie cette salle "d'ambiance" car le travail de l’éducateur et de la pédagogie commence là : tous les matériels sont à la vue et à la portée des enfants, grâce à un mobilier et une préparation adaptée de l'ambiance. Il n'existe qu'un matériel de chaque type, apprenant aux enfants les notions de partage et de respect de l'autre, et également la gestion de la frustration chez ceux-ci. Les enfants se dirigent donc d'instinct et par envie vers une activité qu'ils ont choisi parmi celles qui leur sont proposées. Ils connaissent cette activité qui leur a déjà été présentée, ont envie de l'expérimenter et d'y consacrer le temps nécessaire.

Grâce à la présentation qui lui en a été faite et un matériel où l'autocorrection est omniprésente, l'enfant va repérer lu même ses erreurs. Il sait qu'il a le droit de recommencer mais surtout le droit de se tromper. Cette notion est fondamentale, on ne fustige pas l'erreur, le but n'est pas ici de réussir mais d'expérimenter encore et encore, de s'améliorer par soi-même.

En effet comment avoir envie de recommencer une activité sur laquelle on s'est trompé et pour laquelle on a été fustigé ? On ne peut qu'éprouver de la crainte pour un nouvel échec, ne pas oser donc, et encore moins s'améliorer. Si l'enfant réussi, il doit être content pour lui-même, pas parce que l'adulte est content. 

  • L'expérience et l'éducation à la vie.

Nous avons déjà signalé que l'enfant avait le droit de se tromper, mais il a aussi le droit de recommencer tout simplement parce que des concepts lui ont échappé malgré tout, qu'il voudrait revoir quelque chose en particulier.

Il faut bien comprendre que l'enfant est confronté à un monde d'adultes avec des concepts d'adultes et qu'il les découvre pour la première fois ! Pour s'approprier ce concept, l'enfant doit expérimenter, et ce avec tous ses sens. Il a besoin pour cela d'un matériel qui l'attire par sa beauté et ses couleurs, qui lui procure une sensation agréable lors de sa manipulation. Il a besoin par lui-même de mesurer, soupeser, comparer, compter afin d'intégrer ce concept et de le faire sien. Pour Maria Montessori l'enfant est capable de beaucoup par lui-même. Il faut le laisser expérimenter, le respecter. En le respectant, il respectera les autres également, le sociabilisant, l'enfant pourra acquérir une discipline intérieure et une confiance en lui. Ce sont des éléments indispensables pour sa vie à venir, l'éducation en ce sens n'est pas qu'une simple somme de savoirs, mais une véritable aide à la vie.

(extrait du site Montessori Spirit)